Big mamma, je t’aime mais voilà pourquoi je te quitte

Chère mamma, tu ne t’attends probablement pas à cette lettre mais je crois qu’il est temps de te dire ce que j’ai sur le coeur.

Notre histoire a commencé au mois de juin 2015. Tout le monde parlait de toi, de tes produits italiens et de tes pâtes à la truffe à tomber par terre. J’ai voulu dîner chez toi une première fois, accompagnée d’un ami qui ne vient pas de Paris avec qui nous aimons faire de nouveaux restos. Je lui avais déjà fait le coup de la file d’attente décourageante chez Frenchie le bar à vin, en lui promettant qu’il ne le regretterait pas. Il ne l’a pas regretté, nous parlons encore aujourd’hui de leur lobster roll qu’on a commandé en guise de dessert, prêts à faire tout le tour de la carte.

Cette fois-ci, la file d’attente faisait largement le double et j’ai eu un peu plus de mal à la justifier à mon ami : « C’est quoi ce coup-ci ? », « Un très bon italien qui apparemment fait de super pizzas ». Je pourrais te décrire la grimace de mon ami (italien) mais passons. On a décidé de laisser tomber alors que je l’avais un peu pressé pour qu’il soit là à 19h tapantes (il habitait en banlieue). Bref, première déception. Ce soir-là, nous avons dîné chez Allegra (qui fait d’ailleurs de très bonnes pizzas).

J’ai réussi a venir chez toi plus tard, pour la première fois. J’ai couru (comprendre : marcher très vite) dans les rues, j’ai couru dans le métro pour arriver à temps dans une file d’attente déjà bien entamée avant 19h. Est-ce que j’ai bien mangé ? Oui, complètement. Il y a des choses que j’ai moins aimé comme la 4 fromages, les bruschettas sans grand intérêt, mais tout le reste était vraiment bon. Par contre, j’en ai sué pour avoir une table.

Je suis revenue bien plus tard après les grandes vacances avec un ami qui connaissait la maison et a choisi nos plats. C’était délicieux, sincèrement. Je peux te parler longtemps de ton jambon de Parme, de ta straciatella fumée (et de tes cocktails). On était passé un peu par hasard un mardi soir et on avait trouvé une table. Miracle. Toi et moi, on était en train de passer l’éponge sur ton premier refus. Du moins, c’est ce que je croyais.

Je suis revenue avec trois amies, j’ai stressé tout le monde pour qu’elles soient là à temps pour nous mettre sur ta liste. Je crois même que j’ai été légèrement agressive avec celle en retard (tout ça pour de la pizza, tu vas me dire que je dois être un peu folle). On a dû poireauter une heure trente dans le café du coin pour pouvoir dîner chez toi.

EAST_MAMMA-Food3

Je suis revenue, tu nous as refoulées alors qu’il était 19h15. Ce qui veut dire qu’on avait quitté le boulot avant 19h pour être devant ta porte à temps. Complet. Tu nous as dit que les gens venaient s’inscrire sur ta liste dès 18h et là je me suis dit qu’il y avait un souci. Je pourrais poursuivre cette missive en majuscules tant tu m’as énervée ce soir-là, petite mamma. On avait faim, on s’était débrouillé pour être là très tôt et tu nous refusais ce qu’on planifiait depuis trois jours. Je ne sais pas si parfois des gens s’interposent entre toi et ta pizza mais tu verras que ça peut rendre irritable. Ce soir-là j’ai eu le sentiment d’avoir appris des gros mots en italien rien que pour toi.

J’ai fini par me dire que tu ne nous méritais pas, que je ne comprenais pas ton système de réservation. Qu’avec tout le personnel que tu emploies, il y en a bien un qui serait capable de répondre au téléphone ? Je me suis dit tout ça et j’ai fait une croix sur nous. Tu me mets de mauvaise humeur car je te trouve bien orgueilleuse, petite mamma. Pour qui tu te prends quand la plupart des meilleurs restaurants de Paris prennent des réservations même des semaines à l’avance ? Pourquoi jouer sur ma frustration de cliente comme ça ? Un jour je suis arrivée très tôt et ta liste était déjà noircie de noms. Il y a donc des petits malins qui réussissent à réserver ? Ô injustice, ô foutage de gueule.

Ober-Mamma-20

Je me suis dit qu’il fallait que je te dise un peu ce qui se passe sur ta planète : quand tu fais poireauter les gens dehors à Oberkampf, la file d’attente coincée entre ta terrasse et la route finit par baver hors du trottoir et les voitures klaxonnent les petits foodies affamés (imagine le fait divers et ris jaune). Quand tu nous permets de patienter à l’intérieur, c’est devant une foule de tiroirs où toutes les deux minutes, un serveur viendra chercher un truc et nous donnera le sentiment de le déranger. Quand les gens arrivent chez toi, ils font la gueule car ils ont vécu ce que j’ai vécu : quitter le boulot trop tôt pour dîner trop tôt ou pour faire la queue sans garantie de manger un bout de pizza. Ils sont tendus et quand ils ont l’impression que quelqu’un passe devant eux, ils râlent et flippent (c’est du vécu).
Aussi, tu ne laisses pas s’installer les groupes quand il manque une seule personne, ce qui nous permet d’assister à des scènes assez rigolotes où les gens sont au téléphone en train d’enguirlander sévèrement le retardataire : « De toute façon t’es toujours en retard, on ne peut jamais compter sur toi ». Un restaurant c’est un endroit où bien manger, certes. Mais quand t’es au bureau toute la journée, tu aimes te réjouir et te dire que tu vas pouvoir te détendre un peu, non ? Eh bien sache que tu nous STRESSES.

Alors bien sûr que c’est bon, bien-sûr que tu remplis ton contrat avec des prix attractifs, bien-sûr qu’on aime bien l’accent italien de tes serveurs et tes toilettes vitre sans tain un peu chelou (drôle de fantasme pour le coup), mais tu m’as coupé l’appétit trop de fois pour que je repasse par le même cirque.

Au-delà de ta cuisine aux petits oignons, j’aimerais que tu penses un peu plus au bien-être de tes clients, c’est tout. N’es-tu pas censée être une sorte de mamma italienne bienveillante qui cuisine des plats en sauce ? Eh bien travaille ta bienveillance, s’il te plait. J’ai contacté la personne en charge de ta com qui m’a dit, un peu irritée par mes interrogations : « oui mais ça fait un an que ça marche ». Ah bah oui. Tant qu’on sera assez con pour jouer le jeu ça fonctionnera, petite veinarde !

Photo de couverture :  Fanny B / ParisBouge.com

43 Commentaires
  • Les Tasters
    Publié à 12:51h, 22 février Répondre

    C’est toujours le même constat. Il y a (encore!) trop peu de bonnes adresses pour les parisiens. Dès qu’un établissement a du succès, ça fait boule de neige (dans la gueule).
    Mais c’est la clientèle qu’il faut blâmer. Pourquoi s’acharner?
    Je pense qu’ils ne veulent pas de resa et c’est leur droit. A Londres, il y a un resto à burger qui ne prend pas de resa et pareil, le groupe doit etre complet (on peut pas rejoindre une table) et les anglais trouvent ça normal, puisque c’est dit d’avance. Ou alors il y a de la magouille et là c’est pas juste.
    Heureusement que la Mama voit double et a ouvert un 2e resto!

    • Lola
      Publié à 18:24h, 30 juin Répondre

      Pour avoir vécu à Londres de longues années et revenue en France depuis peu. Non ce n’est pas pareil. Même si à Londres certains restaus ne prennent pas de réservations, il y a un réel service et personne n’est refoulé et de plus tout le monde est à la même enseigne, c’est « Fair » pas comme ici. Quand il y a un groupe, s’il n’est pas complet en effet ils patientent mais justement Londres me manque principalement pour ses raisons. Sous prétexte que ça fonctionne, tout est permis! Et bien non! Tu as le choix d’y aller ou pas, moi je n’y vais pas.

  • Pierre
    Publié à 13:01h, 22 février Répondre

    Big Mamma va répondre que leur concept repose sur ce système à flux tendu, qui leur permet d’offrir des prix aussi bas.

    C’est un argument fallacieux : le dossier de presse prévoyait des réservations.

    Big Mamma surfe sur sa popularité pour traire les moutons qui acceptent de faire 2h de queue pour manger une pizza brûlée. Ils auraient tort de se priver de cet argent facile. Bravo à eux

  • julien
    Publié à 13:22h, 22 février Répondre

    Je me suis fait recaler une fois aussi, ca m’a également agacé. En principe je ne vais dans des restaurants qu’après avoir réservé (et je réserve la plus part du temps 30 minutes avant, mais j’appelle toujours), j’ai voulu faire une exception et je l’ai regretté . J’ai passé l’âge de faire la queue, désolé.

  • Axelle G
    Publié à 13:50h, 22 février Répondre

    MERCI pour cet article. Je ressasse la même frustration depuis que j’ai découvert le lieu (j’étais en vacances et avait eu tout loisir de me poster dans la file d’attente à l’extérieur) et qu’il m’a été impossible depuis d’y mettre un pied. Les gens normaux de la vraie vie ne peuvent pas commencer à poireauter devant un restaurant, aussi bon soit-il, à 19 heures.
    Je ne comprends pas non plus comment l’enseigne peut justifier un tel snobisme. Peur de ne pas remplir le temple de la pizza ? Le restaurant serait plein des semaines à l’avance si demain on pouvait réserver, et les tables vacantes serait prises de toute façon. On aurait au moins la satisfaction de ne pas décevoir amis et proches auprès desquels on a encensé un établissement qui nous signifie clairement ne pas avoir besoin de nous pour tourner. Parce qu’arriver à 20h et s’entendre dire que tout est plein jusqu’à la fermeture quand on a aura de couverts je trouve ça suspect.
    Au final rien de bien nouveau : East Mamma applique juste des petits concepts marketing qui marchent et pousse à son extrême une tendance qui sévit déjà dans de nombreux restaurants de la capitale. Frustration et stress, voilà qui définissent bien Paris.

  • mathilde
    Publié à 15:30h, 22 février Répondre

    Comme toi j’ai tenté, mais je n’ai jamais pu y entrer. Moi je suis cherbourgeoise, je bave devant ces pizzas et ces plats de pâtes ou de tiramisu depuis plus d’un an. Et je viens 1 fois par an sur Paris, alors quand je vois que je ne peux pas réserver pour cette ultime soirée, que je suis obligée d’attendre pour qu’on me dise après 10 min qu’il y a encore 45min d’attente et que les autres me disent « oh non on se tire ». Je suis frustrée …
    J’ai l’impression que je ne pourrais jamais y entrer… merci pour ta lettre, je me sens moins seule.

  • Juliette
    Publié à 16:03h, 22 février Répondre

    Je suis bien d’accord avec toi! Se stresser pour se retrouver entre copains n’annonce rien de bon…! C’est dommage, le trop de bonnes presses va finir par leur faire du tort… Et je confirme que les pizza d’Allegra sont excellentes (ainsi que les pâtes et leur jambon à tomber!!)
    Je préfère 1000 fois un endroit moins brancher mais où on est heureux de t’accueillir et qui t’assure de passer un bon moment!

  • Hélène
    Publié à 16:15h, 22 février Répondre

    Bien plus sympa, résa possible et cuisine à tomber: les Amis des Messina, rue Réaumur et rue du Faubourg Saint-Antoine. Le niveau sonore est un peu élevé:mieux vaut y aller entre amis qui rigolent qu’à deux pour se susurrer des mots doux. Mais franchement, entre eux et Mamma, il n’y a pas photo, je sais où j’ai envie d’aller et de donner mes euros et un sourire.

  • Smain A.
    Publié à 16:30h, 22 février Répondre

    Même avec deux adresses l’attente ne s’atténue pas!

    J’ai tenté l’an dernier, avec un groupe de 6 personnes, nous avons eu de la « chance ». Uniquement 30 minutes d’attente.. Mais maintenant quand je vois les files d’attente je n’ose même plus tenter l’expérience.
    Je suis choqué par cette histoire de restaurant complet dès l’ouverture. Et je vois que ta lettre fait réagir!

    Bravo aux gérants pour le grand buzz et le succès de cette enseigne. Perso, si une troisième adresse ouvre j’irais sans doute voir..

  • Team Big Mamma
    Publié à 07:20h, 23 février Répondre

    Bonjour Déborah, bonjour à tous,

    nous sommes tristes de lire que les lieux que nous animons (et qui nous animent) créent de la frustration, alors que tout notre travail vise à passer un bon moment avec les gens ! Nous en sommes désolés. Il y a la queue + de l’attente car nous ne prenons pas les résas. La raison à cela, et croyez nous, elle n’est pas « fallacieuse », est la suivante. J’espère que vous nous donnerez le bénéfice du doute que l’on organise pas des queue de gens stressés et insatisfaits pour le plaisir. Notre métier est de donner un bon moment aux gens en faisant la cuisine et en la servant avec le sourire. Voilà tout.

    1. NOTRE OBJECTIF EST DE PROPOSER LE MEILLEUR RAPPORT QUALITE-PRIX
    2. POUR CELA NOUS ACHETONS EN DIRECT DES PRODUCTEURS EN ITALIE
    C’est frais et moins cher (on coupe les intermédiaires !) mais ça nous oblige à faire des volumes importants
    3. ET NOUS FAISONS TOUT MAISON
    Ce qui nous oblige aussi à faire des volumes importants
    4. PRENDRE LES RESAS NE NOUS PERMETTRAIT PLUS D’AVOIR LES VOLUMES SUFFISANTS
    en raison des retards et des annulations !
    Invitez 10 amis à diner un soir chez vous, constatez combien arrivent en retard, ou annulent… pour nous c’est pareil 🙁
    5. NOUS NE POURRIONS PLUS MAINTENIR LA QUALITE AUX PRIX PROPOSES
    Et nous serions obligés de vendre des pâtes et des pizzas à 18€. C’est possible, mais ça n’est pas notre projet.
    6. MAIS ON PREND VOTRE NUMERO DE TELEPHONE !
    Pour vous rendre l’expérience la plus agréable possible, dès qu’une table se libère, on vous appelle !

    Nous comprenons que certains soir, dans certains contextes, nos clients aient envie de réserver. Nous aussi, parfois, on aime bien réserver au restaurant. Et parfois, on aime bien pouvoir avoir une table le soir même et pas dans 3 mois, et diner pour pas très cher. Différents systèmes pour différents restaurants pour différents moments.

    Belle journée à tous,

    La team Big Mamma

    • Maxence
      Publié à 09:45h, 30 juin Répondre

      Très bonne réponse à cet article que je trouve tout à fait naïf. Ces gens (l’auteur et les commentateurs qui approuvent) veulent le beurre et l’argent du beurre et ne réfléchissent pas aux contraintes auxquelles vous devez vous soumettre pour proposer un deal très avantageux pour les clients : nourriture de qualité à un prix particulièrement acceptable à Paris dans des endroits originaux.
      Après il reste vrai que si je veux m’assurer une soirée plus sereine avec beaucoup de monde, je vais voir ailleurs, mais c’est le jeu et il faut l’accepter.
      Bref, continuez comme cela, personnellement je suis ravi à chacun de mes passages !!

  • François
    Publié à 08:39h, 23 février Répondre

    Idem, tenté Ober Mamma quelques semaines après l’ouverture… plein à 18h. Retenté un peu plus tard et… rebelote.

    En Octobre nous sommes allés chez East Mamma et nous avons pu être ajoutés à la liste d’attente. Il était 19h, j’ai reçu un SMS à 22h… Sympa l’anniversaire de mariage avec ma femme non?
    Heureusement j’avais anticipé l’attente et nous sommes allés boire un verre à l’excellent bar à cocktails « le calbar » situé pas très loin et que nous n’avions encore jamais fait.

    Que ce soit chez East ou Ober, la personne à l’accueil était totalement dépassée et fort désagréable.
    Le repas assez quelconque au final, un service passable, attablés au bar, pas très confortable. C’était vraiment pour tester et je n’ai pas été convaincu: resto trop marketé pour bobos.

    De bons restaurant / pizzerias / trattorias à Paris, c’est pas ce qui manque: l’Altra/ Maria Luisa, Grazie, Il Posto, Louie Louie, O’scia, Salsamenteria di Parma, Cucuzza etc. Pas trop aimé les amis des Messina: service calamiteux (celui rue Réaumur). Donc ciao ciao aussi les mammas.

  • Sata
    Publié à 15:23h, 23 février Répondre

    Et ben… Suffit de pas se stresser, ça simplifie beaucoup de choses ! S »engueuler pour une pizza, faut être un peu c.. non?

  • Jules Renard
    Publié à 16:17h, 23 février Répondre

    Itinéraire d’une enfant gâtée et capricieuse. Écris ça dans ton journal intime ça nous économisera du temps (ou change de restau, y’en a d’autres dans Paris tu verras).

    • Petitchien22
      Publié à 12:06h, 04 juillet Répondre

      Tout à fait d’accord, que je suis navré d’être tombé sur cet « article » plein de vacuité et rédigé par un gros bébé dont son avis n’intéresse apparemment même pas ses copines :'(

  • Patrice
    Publié à 00:04h, 24 février Répondre

    L’argument « si on prenait des résas, on ne pourrait pas offrir des prix aussi attractifs » tiendrait si East/Ober Mamma offraient des prix défiant toute concurrence.

    Ce n’est pas le cas.

    Par exemple, les prix pratiqués chez Il Posto ou O’scia sont similaires et la qualité y est au moins aussi bonne.
    D’ailleurs, sur TripAdvisor, les restaurants Big Mamma ne sont pas spécialement bien notés en rapport qualité prix.

    Mais pourquoi se priver quand on peut remplir en prenant le client pour un imbécile 😉

  • Lorraine Mangin
    Publié à 18:07h, 16 mars Répondre

    Comment un restaurant prétend que pour garder un niveau de qualité en prenat des resa, il faudrait augmenter les prix des pizza jusqu’à 18€!!
    C’est l’attention dans la réalisation qui fait d’abord la différence
    La pizza c’est d’abord un plat très populaire
    Une pizza c’est entre 200 gr et 300 gr de pâte à pain, soit le coût de 2 baguettes!
    A Naples une Calzone frite fourrée ricotta et délicieuse sauce tomate c’est 1€!
    Allez chez « El Brigante » C’est la vera pizza réalisée par un chef calabrais.
    Une des meilleures et très authentique c’est celle au brocolis sauvages. C’est la seule adresse que je recommande à mes amis napolitains.
    le Fooding partage mon avis « En un mot une régalade transalpine comme on en fait peu à Paris »
    Un accueil chaleureux sans chichis, c’est 14 rue du Ruisseau 75018

  • claire brosse
    Publié à 09:22h, 29 mars Répondre

    Beaucoup de bruit pour rien. Et belle réponse de Big Mamma, merci la com maison ! Et, sérieusement, des bons, voire des très bons restos, italiens ou non, il y en a plein, à Paris ou ailleurs… oui, sérieusement. C’est juste qu’ils sont pas dans les petits papiers de la presse ou du web. Il faut aller les chercher comme on chine un vieux meuble…

  • claire
    Publié à 09:29h, 29 mars Répondre

    et j’ai oublié de dire qu’une fois trouvé le bon coin où manger, surtout ne pas trop en parler, comme ça on ne fait pas la queue pour rien et pas besoin non plus de réserver 3 semaines à l’avance pour manger une pizza, quoi ! Et des endroits comme ça, croyez-moi, il y en a pas mal… Quant à la réponse de Big Mamma, j’aurais pu l’écrire, c’est dire, c’est ce qu’on appelait à la fac de lettres « pisser de la copie »…

  • Frédérique
    Publié à 15:50h, 07 mai Répondre

    et bien ça ne donne même pas envie de tenter l’aventure! très bon article

  • kty
    Publié à 22:30h, 03 décembre Répondre

    Un grand merci Déborah pour ton article.
    J’ai failli défaillir à la moitié de l’article en me disant, ohhhhh non elle craque, elle va leur pardonner !

    Très sincèrement je ressens exactement la même chose, j’ai eu aussi la chance d’y manger après la deuxième tentative …
    Idem rdv à 19h devant le resto ! « sinon on aura jamais de table ! »
    Moi qui ne suis jamais en retard, j’arrive 10 minutes après, en courant, le téléphone à l’oreille, mon amie n’a pas osé hurler mais je sentais la tension dans sa voix….complètement paniquée d’être en retard je n’arrivais pas à trouver le restaurant !!!! Arrivée mais méga stressée…

    Bréf je n’en peux plus de ces restos sans réservation comme quasi tous les dimanches je brunch, et bien c’est le même contat « Holybelly » c’est le même tarif ! La file d’attente commence à 9h, tu imagines 9h !!!! pour bruncher à 12h ou 14h !!!! Franchement j’ai décidé de ne plus allez dans ces lieux.
    Ils mériteraient un boycott !
    Je passe ma vie au restaurant et comme tu dis, certains son capable de gérer sur 2 mois !

    J’espère que les gens vont enfin se réveiller !

  • Croquant et Gourmand
    Publié à 15:42h, 18 avril Répondre

    Même frustration… j’ai laissé tomber le groupe Big Mamma à cause de cette longue file d’attente, de ce système de réservation sur place et de la petite pression lorsque tu es à table où chaque seconde compte (impossible de rester poser un peu pour bavarder). Niveau cuisine c’est certes très bon mais honnêtement d’autres très bons restaurants italiens de quartier font la même cuisine et prennent les réservations par téléphone :-). Dommage… petit à petit cela essoufflera je pense.

  • Jojo
    Publié à 12:48h, 28 juin Répondre

    Ils ont pris la grosse tête! On a essayé plusieurs fois, tjs sans succès. Et même en arrivant à temps on nous a bien fait comprendre que la terrasse était pour les habitués !
    On ne peut être habitué si ya jamais de place!!!

    Bref il y a de très bonnes pizzerias ailleurs, sur ce…

  • Eva
    Publié à 13:05h, 28 juin Répondre

    Je suis tout à fait d’accord avec cette demoiselle. Je n’y suis jamais allée car refoulé trop de fois. Et sincèrement je n’ai aucun regret. Si vous voulez un excellent italien, voici l’adresse où je déjeune et dîne très souvent avec mes amis et mon amoureux : CANTINE SICILIENNE 1929 au 49 Rue Orfila 75020. Je suis FAN de leur pizzas avec croute remplie et les vrais ! Pâtes carbonara !

  • Giacomo
    Publié à 15:52h, 28 juin Répondre

    Ristorante da turisti per turisti
    Ciao Ciao

  • Michel Richaen
    Publié à 17:23h, 28 juin Répondre

    Ce sont aussi des gens extrêmement désagréables. Et on ne peut pas dire que les plats soient à la hauteur du cirque…

  • Thomas Blonski
    Publié à 19:16h, 28 juin Répondre

    Les gens qui font la queue pour aller dans un restaurant trahissent un provincialisme tout à fait charmant !

  • Marine
    Publié à 00:05h, 29 juin Répondre

    C’est précisément le concept qui fait que le resto marche : générer de la frustration par un système d’entrée infernal. Les patrons sont de très bons marketeux, pas des chefs qui ouvrent une adresse par amour pour la cuisine 😉

  • trololollololol
    Publié à 07:02h, 29 juin Répondre

    #firstworldproblem

  • cmacmt
    Publié à 10:15h, 29 juin Répondre

    Dès que j’entends parler de BIG MAMA ou ses enfants, c’est toujours pour les même raisons. C’est bon, mais…….Mais n’y a t’il pas assez de vrais et bons Italiens à Paris pour aller s’infliger une telle souffrance !??? Ce concept de base est anti-client même si les produits sont bons, la déco tendance et l’accent Italien présent (c’est plus typique). Typique de rien du tout, quand on va au resto c est pour passer un bon moment, pas pour être traité comme du bétail, attends! mange (vite) ! paie !
    Allez, des italiens, des bons produits, c’est pas ce qu’il manque à Paris, je vous promet !

  • Laurent
    Publié à 12:58h, 29 juin Répondre

    Bien résumé. J’ai testé plusieurs de leurs « restaurants ». J’ai failli me voir refuser l’entrée une fois. Les autres fois, j’ai fait 1 h de queue pour un déjeuner et 45 minutes pour un dîner.
    Je rajouterai qu’au plus ils avancent, au moins cela ressemble à des restaurants. Ce sont des parcs d’attractions pour urbains un peu déprimés en recherche de dépaysement l’espace d’une pause gourmande. Une caricature de l’Italie au bout de ta rue ou en bas de ton taf.

  • Gildas Chibre
    Publié à 19:46h, 29 juin Répondre

    Macronade.

  • Dmtts
    Publié à 23:34h, 29 juin Répondre

    Je suis de la région lyonnaise souvent en weekend à Paris, j’ai réussi à m’introduire dans le cercle très prisé des restau Big Mamma. À chaque fois : 1h d’attente en moyenne. De quoi péter les plombs. Mais la déco est canon et c’est bon. Popolare a été ma meilleure expérience. « Seulement » 30mn d’attente et servis immédiatement. Et vraiment très bonnes pizzas… en revanche, je me suis tapée Pink Mamma ce dimanche. UN ENFER. 1h30 d’attente pour une table puis 45mn d’attente entre la commande, l’entrée et les plats. On est restés presque 4h dans le restau. Le pompon ? Plus RIEN à la carte. « Vous voulez un dessert ? » « Oui » « ah bah il nous reste 1 seul Tiramisu ». Le verre de Prosecco était chaud, le pain rassi et ils ont oublié les figues et les amandes dans l’assiette de jambon, figues et amandes à 15 balles. Scandaleux. Ils ont oubliés notre commande de plats au profit d’une tablée d’Instagrammers parisiens. Au moment de payer, je glisse discrètement l’évidence d’uk geste commercial (il était 17h…) la nana me repond avec un aplomb de fer : ah mais c’était bon ? Donc pas besoin de faire UK geste ! DÉCEPTION. Franchement, j’ai été putain de fidèle, j’ai fait toutes les ouvertures, la queue à gogo, mais là tu m’as déçue. À mort. Alors Oui, fini la dictature de Big Mamma, j’ai acheté votre livre de recettes, ma Mamma à moi elle cuisine aussi bien !

  • Sacha
    Publié à 23:59h, 29 juin Répondre

    MERCI pour ce papier qui illustre bien le fond de ma pensée ! Ce système est un attrape couillons ! J’ai eu l’occasion d’aller diner chez Big Mamma sans trop de difficulté mais en ayant quand même dû attendre plus d’une heure au bistrot d’à côté avant d’avoir une table. Certes c’est bon mais pas mieux que dans pleins d’autres restaurants italiens beaucoup plus sympathiques alors depuis je boýcotte ! J’estime ne pas avoir à être traité comme du bétail surtout pour passer un moment pas si agréable que cela vu le stress généré juste pour arriver tôt afin d’avoir une table. Tant qu’il y aura des « toutous » pour entretenir ce système absurde, effectivement les propriétaires de ces lieux auraient tort de se priver de prendre leurs clients pour des cxxs !

  • Morgan
    Publié à 07:34h, 30 juin Répondre

    Hello.

    Je travaille pas en restauration mais en coiffure mais c’est a peu pres la même chose je travaille sans rendez-vous du coup l’attente peut etre longue parfois MAIS C’EST COMME ÇA ET PAS AUTREMENT. Si le concept de cette pizzeria est sans réservation ça veut dire QU’IL Y AURA DE L’ATTENTE (surtout si c’est un restaurant à succès).
    Vous destetez attendre?bah allez dans un autre endroit au lieu d’embêter les serveurs avec vos « pfff »,ainsi que vos « oh c’est long » et ne parlons pas des regards haineux.METTEZ VOUS A LEURS PLACE.
    Vos comportements de bobos en mode « j’ai passé l’age de faire la queue » bla bla sérieusement paris n’est pas assez grand et vaste niveau restos et bonnes pizzeria ?
    Remettez vous en question en tant que clients aussi.
    Aimeriez vous etre traité comme vous traitez les serveurs qui sont debout toute la journée avec des horaires de merde?avoir la pression tous les jours du côté client et du côté patron?
    Voila bref c’est pas pour défendre big mama mais pour pousser un coup de gueule cobtre tous les petits bobos qui se prennent pour je ne sais qui,à croire que les serveurs sobt leurs bonniches.
    Peace
    Morgan

  • Charlotte Spill
    Publié à 08:11h, 30 juin Répondre

    J’ai été moins persévérante que vous, j’ai fait une tentative chez Big Mamma, il y avait »à peu près m 1h30 d’attente », j’ai passé mon tour et je n’y remettrai pas les pieds. Quand bien même la cuisine y serait époustouflante, quand je vais au resto c’est pour passer un bon moment et pas pour avoir le sentiment d’être un pigeon. Il ne s’agit pas de traiter les serveurs comme des « bonniches » comme je l’ai lu plus haut, mais être aussi mal reçu dans un lieu supposé être chaleureux, convivial et tutti quanti, très peu pour moi. Il faut juste que les restaurateurs (et tous ceux qui vomissent les « bobos qui se prennent pour des stars ») gardent en tête un truc tout simple: on est les clients, ils sont les fournisseurs. On paye, ils en vivent. Mamma a tendance à oublier un peu trop que c’est dans ce sens là que ça marche: si plus personne n’y va, ciao Mamma. Alors que si ils disparaissent, il y aura toujours d’autres italiens à Paris, avec du personnel souriant, des réservations par téléphone, de la bonne cuisine pas hors de prix. Des endroits où on ne vous fait pas la gueule quand vous commandez un deuxième café et prolongez un peu votre séjour parce que vous vous sentez bien…
    Diner au resto c’est censé être un moment de détente, pas un stress de plus pour finir la journée. Et si ça devient une mission, si la pression est plus forte pour choper une table que pour décrocher un contrat mirobolant au boulot ou un appart en location, je préfère me faire des pâtes à la maison!

  • Nicolas A
    Publié à 09:52h, 30 juin Répondre

    Complètement d’accord avec l’article mais plutôt sur une mentalité des Mamma que sur le concept d’absence de réservation. Je m’explique.
    Si j’attends beaucoup pour un restaurant de qualité – le rapport qualité/prix pour les plats est quand même pas mal sauf les anti pasti-, ca ne me dérange pas si le service est exceptionnel et que l’expérience est à la hauteur.
    Le problème, c’est lorsque la logique de rentabilité à l’origine de ce système de réservation vient nuire à l’expérience elle-même! Oui, une fois cette satanée attente passée.
    Ca y est, vous pensez avoir mérité votre quiétude et votre plaisir… mais non.
    Le service est insupportablement oppressant : à peine posez vous votre couteau que votre assiette est relevée… on fait tout pour que vous mangiez au plus vite et même parfois on vous insinue sans vraiment de tact qu’il faudrait peut-être y aller. On crois rêver. Pardon, cauchemarder.
    Un restaurant où le client ne peut pas prendre son temps -le temps qu’il veut, oui certes ça peut être long parfois mais c es tle jeu!- est un lieu sans intérêt et stressant.
    Evidemment, ce n’est pas la faute des serveurs qui ont bien la pression de leur côté et ne font qu’appliquer les consignes.
    Le problème des mamma est donc philosophique, et ce n’est pas une bonne nouvelle pour eux -car nous on peut profiter de nombreux autres bons italiens- s’ils souhaitent durer dans la qualité!

  • Floriana
    Publié à 11:21h, 30 juin Répondre

    J’adore: nous, les italiens la FILA on la fait pour rentrer dans une salle de concerts ou un cinéma. JAMAIS pour une pizza et du jambon. Moi, Italienne et restaurateur à Paris la burrata la stracciatella et le jambon de Parma je les mets de côté pour mes clients même pendant les horaire de fermeture. C’est qu’ il faut comprendre de la façon de cuisiner en Italie c’est que la nourriture c’est un plaisir et qui cuisine donne du plaisir: c’est comme une mère qui nourris ses enfantes. C’est la nature, c’est l’essence et la simplicité de la vie. Personne fait la queue pour avoir de l’amour. Par contre il y a qui fait la queue pour avoir du sex. Et ben…. you are what (and how) you eat. Buon appetito a tutti!

  • Herrera
    Publié à 00:13h, 01 juillet Répondre

    Ce restau n’est pas vraiment bon. Il y a trop de concurrence à paris.

  • Poirson
    Publié à 13:59h, 01 juillet Répondre

    Vous n’avez pas encore compris la stratégie ? C’est une vieille technique commerciale, la queue est créée artificielement pour créer de l’attente et le désir. Au début le restaurant est vide jusqu’à 21h et ils font croire qu’il est complet et que c’est un privilège d’y trouver une table…
    Et les clients s’y font avoir et se stressant pour y dîner. En tous cas le marketing est à saluer c’est la chose qu’ils savent faire de mieux, il existe beaucoup d’adresses de meilleure qualité au même prix à Paris mais qui n’ont pas les mêmes moyens en termes de communicztion,

  • Bd
    Publié à 18:49h, 01 juillet Répondre

    Plutôt que raler comme tout « bon » francais, arrêtez d’y aller. On ne va pas au restaurant aigri. On reste chez soi et on arrête d’em****** le monde avec sa négativité française incessante et pénible ! Ce concept ne vous plait pas. Il y a 1000 restaurants italiens dans Paris !

  • Nassim
    Publié à 10:12h, 04 juillet Répondre

    Plus de big mamma pour moi depuis bien longtemps, la cuisine est pas mauvaises mais loin d’être la meilleure de Paris, ne mérite définitivement pas de faire la queue pendant des heures, over rated !

  • Petitchien22
    Publié à 12:01h, 04 juillet Répondre

    Cet article de gros bébé gâté est très gênant mais tellement drôle, merci ! J’attends avec impatience les prochains : « Ouin-ouin les étoilés c’est trop cher ! » ou encore « Ouin-ouin, comment ça le livreur Delivroo ne me sert pas à table ? ».

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest