Des légumes qui poussent grâce aux déjections de poisson

Dites bonjour au fumier de la mer et à la start up Edenworks qui est à l’origine de ce concept d’agriculture urbaine

Située sur les toits d’une zone industrielle de Brooklyn, Edenworks, qui dispose d’un élevage de poissons, récupère leurs excréments pour fertiliser des plantations. Le procédé arrive aussi en France par le biais de la start up française Citizen Farm.

Une production aquaponique

Nous vous avions déjà parlé de la production hydroponique qui consiste à arroser les plantes au goutte-à-goutte via un système de récupération de l’eau. Cette fois-ci, il s’agit d’aquaponie : de l’aquaculture qui associe la culture des végétaux avec un élevage de poissons dont on récupère les déjections qui serviront d’engrais pour les légumes que l’on souhaite cultiver. Les poissons grandissent dans des réservoirs dans lesquels on insère une bactérie qui modifie les excréments des poissons pour les rendre plus fertiles. Les plantes peuvent quant à elles se développer en intérieur à l’aide de LEDs. Le système se veut vertueux : les plantes poussent grâce aux poissons, et les poissons se nourrissent grâce aux plantations, un échange de bon procédé !

edenworks-1

Une ferme urbaine opérationnelle

Edenworks a été lancé par Jason Green, cette toute nouvelle ferme urbaine devrait distribuer sa production vers la fin de l’année 2016. La start up estime pouvoir produire jusqu’à 22 tonnes de tilapias qui auront quant à eux permis de produire jusqu’à plus de 60 tonnes de légumes frais, tels que des choux, des feuilles de moutarde ou encore des radis. Alors qu’un tel débit de production nécessiterait 530 hectares dans une ferme classique, la ferme urbaine d’Edenworks ne dépasse pas les 1000m2. La compagnie a fait le choix de l’aquaponie car elle considère que les légumes ont un meilleur goût qu’avec une production hydroponique. Pour gérer cette production, un système analytique appelé Farmstack OS prédéfinira toutes les données nécessaires au bon développement des légumes et des poissons. Enfin, toute la production pourra être livrée en moins de 24h aux épiceries et restaurants uniquement sur NYC pour réduire au maximum les impacts du transport sur l’environnement. Une idée qui peut surprendre au début, mais qui pourrait s’avérer être un excellent moyen de développer l’agriculture urbaine.

edenworks-2

Et pour la France ?

En France, les choses avancent également grâce à la start up Citizen Farm basée à Toulouse. Depuis le 23 mai, des conteneurs-serres situés dans le jardin Raymond VI vont utiliser l’aquaponie pour produire des légumes. Ils utiliseront des black basses en été, et des truites en hiver, dont les déjections pourront produire des tomates et des salades vertes. Pour démontrer la nécessité de ce procédé pour les années à venir, Citizen Farm fera appel à des chefs pour utiliser les légumes produits dans leurs recettes. En 1 an, ils devraient produire l’équivalent de la consommation d’une famille de 4 personnes. À côté de cette démonstration grandeur nature, Citizen Farm rend l’aquaponie accessible à tous : ils commercialisent des mini aquariums sur lesquels vous pourrez faire pousser quelques herbes. Il y a fort à parier que cette initiative fera ses preuves et sera amenée à se développer dans les années à venir.

edenworks-3

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest