tous au restaurant lyon

Comment déjeuner étoilé et payer son loyer ?

En allumant votre téléphone sur l’onglet calendrier, l’objectif étant (difficile de faire plus simple), d’organiser sa rentrée culinaire. On vous en parlait déjà il y a peu, tutoyer les étoiles et déguster la cuisine des chefs en vue, demande au mieux, de prévoir vos soirées 6 semaines à l’avance. Au pire de renoncer à payer tout ou partie de votre loyer.

Braderie gastronomique

Sauf que. Emmanuel Renault des flocons de sel, encore lui oui, fait partie aux côtés du triplement étoilé Georges Blanc à Vonnas,  ou de Christophe Roure (deux étoiles), à Lyon 6e , des toqués du coin ayant accepté de participer à l’opération Tous au restaurant. Organisé du 19 septembre au 2 octobre, le concept de l’opération est bête comme chou.

Pour un menu acheté celui de l’accompagnant est gratuit et identique.

Pour en profiter, ruez-vous, sur www.tousaurestaurant.com. Les inscriptions viennent de commencer. À condition de cliquer rapidement sur l’onglet Auvergne vous pourrez aussi réserver au Flair, adresse bistronomique aussi discrète qu’irréprochable. Ou au Phosphore, spot de la galaxie Têtedoie qui offre l’une des plus belles vues sur Lyon. Pistés aussi : la brasserie du Sofitel, le Silk, la mythique Voûte chez Léa,  ou encore la Tassée.

tous au restaurant

Chefs en balade

Autre solution pour flatter son palais sans budget princier ? Réserver votre week-end du 23 au 25 septembre et filez aux Subsistances, siège éphémère du Lyon Street Food Festival.

Mitonnée par Thomas Zimmermann et Emeric Richard, à la tête du concept Food Trucks Gourmets, cette première édition s’inspire des rassemblements de food trucks organisés tout autour du globe.

Leur idée ? Inviter les Lyonnais à chiller sous la verrière des Subs en picorant monuments de street-food asiatique ou portions high level imaginées par une des chefs et des pâtissiers lyonnais.

Au casting : Mathieu Viannay, de la Mère brazier, Sébastien Bouillet en passant Tabata et Ludovic Mey . On débusque aussi le trio de la Bijouterie, Hubert Vergoin du Substrat, Mathieu Rostaing-Tayard du Café Sillon, Joseph Viola de Daniel Denise, et Piquin.

food truck festival

Rock’n pad thai

En guise d’assaisonnement festif, des cours Asie-minute soit 15 sessions de 30 minutes pour apprendre le K Pop, le massage ruina. Voire même la confection des dim sum. Il y aura aussi une belle brochette de concerts live, la programmation du Lyon Street Festival jouant la cuisine fusion avec le funk et l’électro.

Ajoutez une mini-ferme pour les bambins, une librairie gourmande. Et même des masters-class en compagnie de Grégory Cuilleron et un marché de producteurs piloté par L’Epicerie Mobile.


En pratique, ça se passe du vendredi 23/09 à 18 heures au dimanche 20 heures. L’entrée coûte 5 € (gratuit pour les moins de 8 ans) et les barquettes entre 4 et 5 €. Toutes les infos : www.lyonstreetfoodfestival.com


Le workshop des « sans cuisine fixe »

On retrouve aussi Thomas Zimmermann en tant qu’intervenant du premier workshop culinaire de La Food Factory. Avis aux « sans cuisine fixe ». Pâtissiers indépendants, traiteurs, responsables de foodtrucks, restaurateurs en projet de création et autres entrepreneurs du culinaire qui souhaitent tester leur activité, mais qui n’ont pas de cuisine professionnelle à disposition.

Et aux autres. Des restaurants et hôtels disposent de cuisines qui ne sont pas utilisées à plein temps. Des lieux dédiés à la cuisine collaborative se créent donc pour répondre à ce besoin.

Parce qu’il y a un vrai potentiel de cuisine collaborative à Lyon, la Food Factory organise une matinée dédiée à la mise en relation et au partage d’expérience autour de cette thématique.


En pratique, ça se passe le 26 septembre à 9h00, à la Food Factory (21 rue d’Algérie – 1er) et c’est gratuit, mais sur inscription ici.


© Photo cover Romain Etienne

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest