Ma FAQ à l’usage du végétarien (ou pas)

Que tu sois omnivore, flexitarien, végétarien, ou vegan, est-ce que tu t’es déjà demandé : pourquoi est-ce que je mange de la viande (ou pas) ?

Est-ce que la viande est indispensable à ma santé ? Que se passerait-il si on arrêtait tous de manger de la viande ?

Moi oui ! Faisant partie des non carnivores, je n’ai pas toutes les réponses mais je m’informe souvent sur le sujet et commence à m’y connaitre un peu dans le domaine. Je voulais partager à mon tour mon ressenti mais aussi quelques informations utiles pour celles et ceux qui se posent le même genre de questions.

Cet article ne va rien révolutionner mais regroupe de simples chiffres et données scientifiques qu’on a pas toujours en tête, que l’ont soit omnivore ou végétarien.

Pourquoi suis-je végétarien ?

C’est un fait, plus nous évoluons et moins nous mangeons de viande. Végétarisme, flexitarisme, nous sommes nombreux à avoir fait ce choix, pour diverses raisons.

Pour ma part, je n’ai pas vraiment fait le choix d’être végétarien, c’est plutôt le végétarisme qui est venu à moi. Je n’ai jamais été un gros viandard et j’ai arrêté de manger de la viande rouge par dégoût il y a 6 ans maintenant. A l’époque je travaillais dans une agence pour un client dans la viande bovine et le fait de devoir visionner quotidiennement des vidéos L214 et autres caméras cachées d’abattoir m’a littéralement dégoûté. Ce n’est pas le boeuf qui m’a dégoûté en soi mais évidemment la maltraitance et la cruauté associée aux élevages intensifs.

Après une période « d’abstinence » j’aurais pu opter pour une consommation raisonnée d’une viande de qualité chez mon boucher de proximité, mais en vrai, j’ai perdu le goût pour cette viande qui ne me faisait plus du tout envie. Comme le sucre ou d’autres addictions, quand on arrête d’en manger pendant un moment, on s’en détache et on s’en fiche complètement.

J’ai continué à consommer du porc et de la volaille durant quelques années mais le dégoût carné s’est étendu à toutes les autres viandes. L’arrêt de la viande a donc été progressif pour moi et n’a pas été vraiment contrôlé ni vraiment décidé. Je me suis également rendu compte à force de cuisiner, de tester des recettes, d’aller au restaurant et d’aiguiser mon palais grâce à mon travail, que ce que j’aimais n’était pas vraiment le goût de la viande mais la « mache » qu’elle apporte dans un plat (mache qui peut être apportée par du tofu, des protéines de soja et tout un paquet de légumineuses ou légumes comme les aubergines par exemple). Côté gustatif, ce que j’aime ce sont les saveurs qu’elle apporte quand elle est cuisinée : du fumé, du poivré, du moutardé etc…. Et en vrai, ces saveurs, on peut les trouver ailleurs, il suffit de cuisiner !

Je suis loin d’être le seul dans ce cas et nous sommes de plus en plus nombreux à arrêter d’en consommer (ou en consommer de manière très ponctuel, lors de certaines occasions ou au restaurant par exemple). Statistiques à l’appui, la consommation de viande est en baisse progressive depuis 10 ans en France et cette diminution est plus rapide depuis les derniers années : 30,4  % de nos apports hebdomadaires contre 31,1 % en 2014*. De même, la part des français qui consomment des protéines animales moins de 2 fois par semaine augmente.

infographie consommation de viande

Un monde sans viande ?

Que se passerait-il si tout le monde arrêtait la viande ? On peut voir pas mal d’illustrations un peu idéalistes ou d’essais plus ou moins utopistes sur le sujet. Je suis plutôt terre à terre perso et les chiffres d’une infographie que je viens de découvrir m’ont fait un peu plus d’effet qu’un article orienté « vegan & bisounours paradise ».

Proposée par le site Medigo, cette infographie donne quelques pistes de réponses. Celle qui m’a le plus bluffé est évidemment les économies d’eau qui pourraient être réalisées. On tape souvent sur la tendance de l’avocat pour diverses raisons (alimentation des trafics, appauvrissement des population, néfaste pour l’environnement…) mais le phénomène burger qui s’est installé en France est bien pire (au niveau environnemental, j’entends). Sachez qu’un burger de boeuf consommé équivaut à tirer la chasse pendant 6 mois ou prendre une douche pendant 3 mois !

infographie monde végétarien

Découvrez l’article original dans son intégralité et les sources associées


Sources annexes

Consommation : de moins en moins de viande dans nos assiettes

A quoi ressemblerait un monde sans viande


Est-ce que la viande est indispensable ?

Avant de partir, juste un petit point sur les protéines et tout le discours autour des carences, des besoins…

Soucieux d’avoir une alimentation équilibré et un apport en protéines correct (et un semblant de muscles) j’ai dû adapter mon alimentation au fur et à mesure du temps. Généralement, les gens qui arrêtent de manger de la viande tendent à remplacer (au début) leur ex steak ou saucisses par des aliments alternatifs qui leur ressemblent. Je n’ai jamais trop compris. C’est un peu comme si on arrête de fumer et qu’on prend une cigarette électronique à la place. Après, si vous êtes dans ce cas, vous pouvez toujours vous rendre chez un boucher végétal !

Personnellement je trouve les saucisses végétales ou les steaks de grande surface plutôt pas bonnes du tout. Les industriels (bio ou pas) ont fait des progrès à ce niveau ces dernières années mais la plupart des produits proposés sont bourrés de sel, d’additifs et de graisse saturées.

Je suis tombé sur un article intéressant sur le blog de l’application Yuka, qui regroupe des infos intéressantes sur les protéines et que je vous invite à lire si le sujet vous intéresse !

En gros, sachez que la question n’est pas tant les protéines mais plutôt les acides aminés. Ces derniers, indispensables, sont présents dans un paquet d’aliments végétaux (légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots rouges…), céréales complètes (quinoa, sarrasin…), tofu, oléagineux (noix, amandes). Si vous mélangez légumes et céréales, vous obtiendrez tous les acides aminés essentiels. Le poulet, le boeuf, le porc (et les autres viandes) ne sont donc PAS indispensables du tout à l’alimentation et à la santé de l’homme.

Et si vous en doutez encore, voici deux articles qui vous apporteront tous les éléments de réponse : celui de Science et Vie, et celui de Santé Nature Innovation.

Si vous êtes sceptiques quand à la construction du muscle, je vous invite également à découvrir le compte Instagram de cet athlète vegan.

vegain strength

La seule vitamine présente dans l’alimentation animale et importante pour l’homme est la fameuse B12. Si vous êtes végétariens, pas de souci, il y en a dans les produits laitiers (et un peu dans les oeufs). Si vous êtes végan, vous pouvez la trouver en complément alimentaire ou dans des produits du commerce (yaourts au soja par ex) enrichis en B12.

Après, une chose est sûre : être flexitarien, végétarien ou vegan nécessite d’adapter son alimentation, de s’informer et surtout : DE CUISINER !

Côté food porn vegan et recettes alléchantes, mon compte Instagram préféré est sans aucun doute celui du charmant Gallois @AvantGardeVegan !

avantgardevegan

Si vous vous posez des questions sur le fait d’être végétarien ou que vous ne savez pas comment cuisiner tel ou tel ingrédient de l’alimentation VG, que vous cherchez de bonnes recettes et associations, n’hésitez pas à me suivre sur Instagram et à venir me poser des questions en DM à ce sujet, je serai ravi d’y répondre : @lefoodingue


Pour éviter tout malentendu concernant cet article et vis-à-vis de mon agence et de mes collègues, je tiens à préciser que cet avis ne concerne que moi et personne d’autre de mon équipe. Il relève de ma conviction strictement personnelle que je souhaitais tout de même partager, car nous avons cette fabuleuse liberté en France qui s’appelle l’expression 🙂


Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest