Projet FUL : premiers pas vers le métier de fermier urbain

Un modèle pérenne d’agriculture urbaine ne sera peut-être bientôt plus une utopie. Preuve en est avec le projet FUL qui débarque à Lyon.

FUL, ou Ferme Urbaine Lyonnaise est un projet mené par le bureau d’urbanisme Notus, en collaboration avec l’ISARA (école d’ingénieur en agronomie et agro-alimentare), l’INSA, Bonduelle, Richel (construction de serres), Cesbron (énergie) et Cari (construction).

L’idée ? Développer une méthode d’agriculture verticale, hors-sol, en milieu urbain. Ce projet de maraichage a choisi la culture de salades comme premier test grandeur nature à Lyon, ville pilote. Si la première étape est un succès, il est prévu (et souhaité) que le modèle puisse se développer sur d’autres cultures et dans d’autres villes.

Si vous êtes intéressé par cette initiative, je vous invite à lire cet article  et cette actu sur le site de l’INSA, qui vous en diront un peu plus sur ce projet.

Vous pouvez également retrouver un projet similaire dont j’ai parlé il y a quelques mois, la ferme du futur à Chicago.

De manière générale, les « urban farms » se développent aux US, en Hollande et en Allemagne, et encore une fois, nous sommes un peu à la ramasse. Voici un article intéressant (anglais) sur le sujet : Urban Farming becomes a serious business.

Urban Farming Becomes Serious Business

Urban Farming Becomes Serious Business

Demain, le nouveau métier de fermier urbain ?

Ce projet en jette en tout cas les premières esquisses. On ne parle pas du hipster du 1er qui récolte 2 tomates le weekend dans un petit morceau de verdure dans les pentes (mais on le soutient car c’est un premier pas important !) mais d’un véritable métier qui un jour, j’en suis persuadé, permettra la seule alternative possible pour une consommation alternative, intelligente et globale : une fusion du rural et de l’urbain.

3 Commentaires
  • LittleMango
    Publié à 16:16h, 07 juillet Répondre

    Un beau projet. A voir selon les premières expériences et sur le long terme.

  • dambreville claude
    Publié à 19:44h, 12 janvier Répondre

    hors sol? ce n’ est pas cette façon de culture qui se pratique déjà en intensif, et qui laisse dubitatif, disons sur le  » terroir » ??

  • Odile B
    Publié à 23:26h, 02 novembre Répondre

    C’est vrai que cela laisse un peu dubitatif cette agriculture « urbaine », « hors sol »….. pas tres glamour, on est loin de cette vision romantique du bonheur dans le pre ! a gambader entre les framboisiers ou les plants de tomate..
    Mais cela a l’avantage de poser un vrai probleme ou plutot de vraieS questionS: nouveau systeme economique avec les reseaux de proximite pour limiter les intermerdiaires, de nouveaux emplois de ville bref une vision autre du monde. Il serait temps !

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest