Connaissez-vous le concept de grainothèque ?

Après les jardins partagés, les fraises cultivées en conteneurs, les Incroyables Comestibles et les grainothèques ont fait leur grande entrée à Lyon. 

Les deux concepts ont pour but d’offrir aux citadins la possibilité de cultiver ou récolter des légumes gratuitement dans leur quartier.

Créée à Todmorden en 2008, l’initiative « Incredible Edible » – la version britannique des Incroyables Comestibles – a parcouru le monde avant de poser ses valises à Lyon en 2012. Le concept est simple : implanter des bacs dans les rues, places et autres terrains inoccupés de la ville afin de permettre aux gens de se retrouver et profiter des fruits, légumes et plantes aromatiques plantés.

Depuis quelques temps, on croise donc au détour des rues lyonnaises ces bacs garnis de plantations biologiques à disposition de tout un chacun, Place Bir-Hakeim, Place Bellevue, rue Pierre Dupont par exemple… Le concept de nourriture partagée commence donc à prendre tout son sens, soutenu par les Mairies qui mettent de plus en plus d’espaces à disposition.

Infos utiles : si vous souhaitez participer, c’est tout simple, il suffit de vous rapprocher du groupe local le plus proche, Lyon, Villeurbanne et Oullins possèdent leurs propres pages Facebook, et de vous investir en fonction de vos moyens et votre temps disponible. Cela peut aller de proposer des plants d’aromates, à l’installation d’un bac dans votre rue.

agriculture urbaine lyon

agriculture urbaine lyon

Les grainothèques

Démarche citoyenne par excellence, la grainothèque est la possibilité d’obtenir ou d’échanger des graines saines et adaptées à vos sols et favoriser ainsi, le partage de semences libres. Vous pouvez ainsi déposer ou retirer des graines dans des lieux publics tels que les bibliothèques ou médiathèques et en profiter pour consulter des livres et revues qui vous aideront à devenir un vrai jardinier en chef !

Dans le Rhône, on peut retrouver une grainothèque à Villeurbanne, à la Médiathèque du Rize. Fruit d’un long travail initié et porté par Annabelle Capelli-Mercurio en 2015, le projet fait depuis son petit bout de chemin.

Si au départ, il existait certaines réticences d’ordre juridique – il est interdit de commercialiser des graines non inscrites au Catalogue Officiel – elles ont été vite balayées, d’une part car la grainothèque fonctionne sur un système de dons et d’autre part car l’association Graines de Troc, initiatrice des grainothèques en France était réactive face aux diverses interrogations que pouvaient avoir les porteurs de projets.

Immédiatement soutenu par la mairie, le projet a ensuite pris son envol avec l’implication de Peggy Carton Vincent, responsable jardins urbains cultivés et relations à l’usager de la Direction Paysages et Nature. Son réseau et sa connaissance du terrain ont permis de connecter jardiniers amateurs ou militants à la médiathèque, fournissant ainsi les premières graines de la boite.

Depuis 1 an, cette petite grainothèque s’est développée et s’il y a, à l’heure actuelle, plus « d’emprunts » que d’apports, l’équilibre se crée petit à petit sans oublier l’essentiel : favoriser le lien social.

En 2017, le Rize fêtera le végétal en ville avec des conférences, expos, rendez-vous festifs, l’occasion de donner un second souffle à ce projet !

Infos utiles :

agriculture urbaine

agriculture urbaine

Est ce que Lyon suivra l’exemple de la ville d’Albi qui, grâce à l’agriculture urbaine vise l’autosuffisance alimentaire ou celui de Toronto qui a poussé l’idée jusqu’à détacher des conseillers sur place pour guider les néophytes dans le choix des semences en fonction de leur sol et leurs capacités ? Rendez-vous dans quelques années !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest