nespresso

Nespresso & Georges Blanc, l’orgasme culinaire

Nespresso. Georges blanc.. et nous. Voilà comment a débuté ce repas exceptionnel. Il faut dire que Nespresso place la barre toujours un peu plus haut. On vous en parlait ici, mais quand il s’agit de mettre en valeur ses produits, Nespresso n’a pas son pareil. Entre brunchs secrets et dîners enchanteurs, même le plus cafeïnophobe des gastronomes virerait sa cuti.

Imaginez-vous arriver au Village de Georges Blanc. Le feu crépitant dans l’immense cheminée, des fauteuils confortables et pour douce musique le bruit des fourneaux qui s’activent. Les odeurs gourmandes qui titillent vos narines, le ballet des serveurs qui naviguent de table en table et enfin, le défilé de plats tous plus savoureux les uns que les autres. Voilà, vous y êtes.

Un repas, sous le signe du café

Entre homard, Saint Jacques et ris de veau, notre coeur a balancé de saveurs en découvertes sans jamais s’arrêter. Tous cuisinés par Georges Blanc. Tous présentés par l’excellent sommelier Fabrice Sommier, jamais des associations au café n’ont pris autant de sens. L’association parfaite du ris de veau presque caramélisé, de la polenta aux cèpes et de la sauce, au grand cru Kilimanjaro Peaberry était une merveille. Non, on exagère pas, une merveille. Ce café aux notes fruitées et sans amertume aucune, a permis de créer une sauce parfaitement équilibrée, relevant la saveur délicate des cèpes et la tendreté du ris de veau.

nespresso

©Emmanuel Nguyen Ngoc

Un grain, trop peu cuisiné

Souvent relégué à la fin du repas, servi un peu à la hâte, il n’y avait, jusqu’alors, que très peu d’occasions de faire une place digne de ce nom au célèbre grain. L’utilisation du café dans la gastronomie restant encore marginale, Nespresso a décidé de dédier deux Grands Crus aux grands chefs français tels que Yannick Alléno, Emmanuel Renaut, ou encore… Georges blanc.

Ces deux nouveaux crus – Nepal Lamjung et Kilimanjaro Peaberry – conçus tout spécialement pour l’occasion sont la porte d’entrée du café dans l’univers de la Haute Gastronomie et celle de notre émerveillement.

 nespresso
©Emmanuel Nguyen Ngoc

 Autre café, autre plat. Nous avons terminé avec un dessert intriguant, tant dans l’apparence que gustativement. Menthe poivrée, chocolat ambré et café « Nepal Lamjung » on entre ici dans une palette de saveurs originales. Une sorte d’after eight haut de gamme, avec un goût prononcé de café dont les notes de noisette s’accordent très bien avec le chocolat.

Nespresso
 ©Emmanuel Nguyen Ngoc
En conclusion, comme toujours Nespresso nous transporte, nous emporte, dans l’histoire de ses grands crus, dans une cuisine indécente de perfection où tout est sublimé. Bravo. Et merci.

 

 

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest