Regarde ce que je mange

Food Reporter est un réseau social culinaire qui repose sur un principe simple : prendre en photo ce qu’on mange et le partager. Chaque photo de plat devient alors le point de départ de discussions passionnées avec les autres Food Reporters, constituant ainsi un véritable lien social communautaire.

L’application permet à la fois de rechercher les restaurateurs du quartier grâce à la géolocalisation, mais aussi d’admirer des plats « maison ».

L’application permet à la fois de rechercher les restaurateurs du quartier grâce à la géolocalisation, mais aussi d’admirer des plats « maison ».

John, co-fondateur et responsable du marketing chez Food Reporter, revient sur l’histoire de l’application : « en fait on est une bande de quatre copains, une bande de passionnés à la fois de nouvelles technologies et de bonne bouffe. Régulièrement, une fois par mois on se réunissait autour d’une bonne table. Et comme on est un peu des geeks, il faut reconnaître qu’on avait tendance à prendre en photo ce que l’on mangeait et à se le partager, mais entre nous. C’était un peu notre carnet de route des restaurants qu’on avait fait. On ne s’est pas lancé tout de suite, au départ on a juste créé la page Facebook « j’aime prendre en photo ce que je mange ». En un mois à peine nous avons eu plus de 1000 fans. Travaillant tout les quatre dans les applications mobiles, nous avons alors souhaité en créer une application, qui a été lancée en mars 2011. Fort du succès de son application iPhone, Food Reporter a inauguré son site web en juin dernier qui fait déjà autant de trafic que l’application iPhone. Une version Android et Windows Phone sont prévues pour le 7 novembre 2011 ».

John est néanmoins encore très surpris quand il parle du succès qu’a connu l’application lors de son lancement : « au moment du développement de Food Reporter, nous étions loin de nous imaginer l’impact social que cela allait générer. Plus de 100 000 photos, plusieurs millions de pages vues/mois et  500 000 miams – équivalent du « Like » sur Facebook – et commentaires ont déjà été postés dans l’application. Food Reporter est devenu un véritable moyen d’expression et de partage, à l’image de l’engouement des Français pour la cuisine. L’application a été téléchargée par 100 000 personnes et on compte 80 000 utilisateurs actifs ». 

Pour John, l’ingrédient principal du succès de l’application est l’engagement social qu’elle implique : « la grande force de Food Reporter réside dans son aspect communautaire. Food Reporter est un service de microblogging culinaire, il est au blog culinaire ce que Twitter est au blog. Les usagers se créent une réputation sur Food Reporter. Ils peuvent faire reconnaître leur expertise. L’impact social joué par la photographie culinaire est un des éléments de réussite de Food Reporter qui a largement débordé du cadre d’une simple application iPhone. A l’heure où les blogs se multiplient et le désir de partage n’a jamais été aussi fort, Food Reporter pallie un besoin ressenti parmi les utilisateurs. Ainsi, les Food Reporters se lient d’amitié sur l’application pour se retrouver ensuite sur la page Facebook ou dans la « vraie vie » à l’occasion des sorties au restaurant organisées tous les mois. Cette proximité naturelle entre ses membres a permis à Food Reporter d’évoluer vers un véritable outil d’investigation et de challenge pour la communauté. Ainsi, Odélia, 28 ans, parcourt les rues de Paris à la recherche de l’ultime café gourmand tandis que Caroline, 27 ans, continue sa quête du meilleur pain au chocolat. Food Reporter est aussi une source d’inspiration pour les cuisiniers amateurs et un excellent moyen pour les chefs de faire valoir leurs dernières créations ».

Sa vision Geek & Food :

« Le web a fait émerger l’aspect social de la gastronomie. Partager ce que l’on fait sur les réseaux sociaux est l’équivalent de la conversation sur la météo dans la vraie vie. Puisque l’on mange 3 fois par jour, la nourriture est devenue l’illustration parfaite de la documentation de son quotidien.  De manière générale, la « photo sociale » est devenue le premier moyen d’expression artistique avec plus de 130 milliards* de photos partagées sur les réseaux sociaux (été 2011). Facebook représente à lui seul 100 milliards de photos au total et 6 milliards de photos téléchargées par mois. Suivent ensuite Picasa avec 7 milliards de photos, Flickr (5 milliards) et Instagram (15 millions). Une photo est beaucoup plus likée qu’un statut, elle facilite la communication entre les personnes. »

Et après ?

La cuisine en ligne a de beaux jours devant elle selon John : « nous ne sommes qu’au début de ce que le web peut offrir. Le parc actif multimédia mobile compte 27,8 millions d’abonnés, soit 46,2 % du parc total. On ne peut même pas imaginer à quel point cela va évoluer ».

1Commentaire
  • Leboeuf
    Publié à 14:14h, 30 août Répondre

    Si on photographie ce qu’on mange, bientôt on devra aussi photographier ce qu’on défèque ?

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest