Souping, juicing, snacking, topping… Autant d’anglicismes censés désigner de nouvelles tendances food mais qui n’ont en réalité rien de novateur.

Le souping, what’s this ?

C’est un récent article sur le « souping » paru dans le magazine ELLE qui a animé la toile. Pour vous en dire un peu plus, cette mode présumée désigne « la consommation de soupes, de préférence homemade, réalisées à partir de légumes aux effets détoxifiants ». Autrement dit, le but est de purifier son corps avec la préparation de soupes à base de légumes frais. Oubliez les soupes industrielles bourrées d’additifs et de conservateurs. ELLE précise aussi l’importance d’utiliser des légumes frais de saison, riches en nutriments, vitamines et minéraux pour une meilleure efficacité de la cure. En d’autres termes, le souping est à l’hiver ce que le juicing est à l’été.

Vous vous sentez lourd après la raclette entre copains et la tartiflette avec mamie ? Pas de panique, le souping permet de dîner léger tout en conservant un sentiment de satiété. Riches en fibres et nutriments, les soupes ne manquent ni de goût ni de bienfaits. Elles permettent aussi de réduire le stress, purifier l’organisme tout en rendant la peau élastique.

En quoi c’est nouveau ?

En rien justement ! Et c’est bien ça le problème. Les gens sont agacés par ces pseudo-tendances aux suffixes « -ing ». On utilise de nouveaux mots pour désigner des tendances qui existent depuis longtemps. Les cures du type souping durent depuis maintenant une dizaine d’années et n’ont donc rien de novateur. De même que le juicing, entendez par ce mot une simple cure de jus de fruits. Sans oublier le terme topping, qui n’est rien d’autre qu’une garniture bête et méchante.

Mais alors pourquoi utilise-t-on des anglicismes pour lancer des tendances ? Tout simplement parce que le british donne un effet d’expert qui impressionne les autres. Utiliser l’anglais fait plus « branché », plus « in » et surtout plus vendeur ! Avouons-nous que « snacking » est quand même plus sexy que « casse-croûte ». Méfiance donc pour ces mots en « -ing » qui ne définissent en aucun cas de nouvelles tendances, mais désignent d’une autre manière un mode d’alimentation.

snacking

Snacking à l’avocat

En attendant, si la cure de souping vous a séduit, on a trouvé 8 initiatives lyonnaises de livraison en circuit court, bio et local pour vos légumes.

Photo de couverture ©Shutterstock – Lisovskaya Natalia

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.